Sondage

Est ce que le nouveau rangement par série des BD vous plaît ?




Résultats

Animations en images...

Icon-facebook Nous rejoindre sur Facebook

Flash info

vigi

A LA UNE

Nouvelles liseuses

E-books Nouvelles liseuses

Horaires d'été - 2018

À partir du 10 juillet 2018

pochettes surprises

Des surprises à la médiathèque ! Du 5 juillet au 25 août 2018  Cliquez en dessous !

Vote club lecture

Vote Saison 2017/2018 Tout le monde peut participer. Il suffit de lire la sélection et vous pouvez voter pour votre roman préféré jusqu’au 18 septembre.  ...

Vote club lecture

Vote

Saison 2017/2018

Tout le monde peut participer.

Il suffit de lire la sélection et vous pouvez voter

pour votre roman préféré

jusqu’au 18 septembre.

 

 

Vote

Saison 2017/2018

Tout le monde peut participer.

Il suffit de lire la sélection et vous pouvez voter

pour votre roman préféré

jusqu’au 18 septembre.

picto club lecture web

 1er roman  : L’Insouciance de Karine TUIL.Gallimard, 2016 (R TUIL)

Résumé : En 2009, le lieutenant Romain Roller rentre d'Afghanistan après avoir eu une liaison passionnée avec la journaliste et romancière Marion Decker. Souffrant d'un syndrome post-traumatique, son retour en France auprès de sa femme et de son fils se révèle difficile. Il continue de voir Marion, jusqu'à ce qu'il découvre qu'elle est l'épouse du grand patron de presse François Vély. Prix Landerneau 2016.

 2ème roman  : Prendre les loups pour des chiens d'Hervé LE CORRE. - Rivages, 2017 (P LECO)

 Résumé: Un hold-up réalisé avec son frère aîné vaut à Franck de se retrouver en prison. Agé d'environ 25 ans à sa sortie, il retrouve, dans le sud de la Gironde, une famille nocive. Les rapports entre eux tournent au drame. Le style d'Hervé Le Corre est ciselé, fulgurant, brutalement poétique, doucement violent, magiquement évocateur, sensuel ou déchirant, toujours sobre, toujours original. 

3ème roman  : Sangliers de Dominique RAMEAU. - Bibliophilia, 2016 (R RAME)

Résumé: Sybille débarque fortuitement à la campagne, dans une maison qu'on lui prête une semaine. Elle est d'abord perdue, très seule ; mais les rares habitants qu'elle rencontre sont chaleureux. Et surtout dehors, toutes ces choses qu'elle ne connaît que de nom, grillons, oiseaux, herbes, l'intéressent. Sybille tâche d'en savoir plus. Dynamique et intrépide, elle multiplie les sorties, les explorations, les expériences ; le jour, la nuit ; sur les rochers, dans l'eau glacée, au fond d'un pré. Chaque jour de cette petite semaine l'éloigne davantage de ce qu'elle maîtrise, l'ouvrant à l'inconnu du monde ; elle s'y livre sans retenue.

4ème roman  : Née contente à Oraibi de Bérangère COURNUT. - Ed. Du Tripode, 2016 (R COUR)

Résumé: Née contente à Oraibi conte le destin d’une jeune Amérindienne d’Arizona. Le peuple hopi vit depuis des siècles sur un plateau aride, dans des conditions de dénuement extrême. Soumis aux contraintes d’une région désertique, il a développé une cosmogonie extraordinaire et des croyances qui font communier la vie et la mort, la lumière et la nuit, les esprits, les animaux et les hommes. À travers la quête d’une jeune orpheline qui salue le Soleil  en riant, c’est la beauté de ce monde aux antipodes du nôtre qui se révèle, et demeure.

5ème roman L’Invention des corps de Pierre DucrozetActe Sud, 2017 (SF DUCR)

Dès les premières pages, L’invention des corps s’élance dans le sillage d’Álvaro, jeune prof mexicain, surdoué de l’informatique, en cavale après les tragiques événements d’Iguala, la nuit du 26 septembre 2014 où quarante-trois étudiants disparurent, enlevés et assassinés par la police. Rescapé du massacre, Álvaro file vers la frontière américaine, il n’est plus qu’élan, instinct de survie. Aussi indomptable que blessé, il se jette entre les griffes d’un magnat du Net, apprenti sorcier de la Silicon Valley, mécène et apôtre du transhumanisme, qui vient de recruter une brillante biologiste française. L’invention des corps cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace. Il y a une proportion élevée de réalité dans cette histoire étourdissante, sans doute sa part la plus fantastique, la plus effrayante. Mais c’est dans sa foi butée, parfois espiègle, en l’être humain que ce roman d’alerte déguisé en page-turner puise son irrésistible force motrice.